Voyage à Kelheim 2007 premier jour

Tout s’est bien passé, malgré un commandant de bord qui avait des manières de Michael Schumacher qui ont provoqué quelques cris d’effroi dans l’avion. Après avoir récupéré nos bagages, nous avons étés conduits en bus jusqu`à Kelheim, le chauffeur était le père du correspondant de Matthieu !
A l’arrivé à Kelheim, nous avons crié de joie à l’idée de rencontrer les « corres », mais au momemt de descendre, personne n’osait s’avancer !
Chacun est ensuite parti chez son corres, et ce matin, tous étaient enchantés !
Pierrick et Yoann


Articles publiés dans cette rubrique

jeudi 27 mai 2004

Marche jusqu’à la « Befreiungshalle »

Nous sommes partis du lycée à 8h15, pour une marche jusqu’à la « Befreiungshalle », monument érigé en 1863 à la demande de Louis I, Roi de Baviére, pour commémorer la victoire sur les armées napoléoniennes (pour une fois, nous avons perdu) lors des guerres dites de libération. A lìntérieur, 34 déesses (...)

mardi 18 mai 2004

Exursion dans la forêt Bavaroise.,

Nous sommes partis du Donau Gymnasium vers 7h30. Nous avons fait 1h30 de route à travers la forêt montagneuse de Bavière pour arriver à la verrerie de Bodenmais. Là, nous avons pu admirer le travail d’un souffleur de verre. Plusieurs de nos camarades ont pu s’y essayer aussi. Ensuite nous avons (...)

vendredi 14 mai 2004

Journal de Kelheim

Suite de notre récit - 14/05/2004

jeudi 13 mai 2004

Neuer Artikel

Nouvelles fraiches d`Allemagne.
4h30 : Arrivés á l`aéroport, nous avons enregistré nos bagages. Au service de sécurité on a vérifié le contenu de nos poches. Comme prévu, nous avons décollé a 6h30 (exactitude allemande). Dans l’avion, tout s’est bien passé sauf pour deux ou trois malades. Pour une (...)

jeudi 13 mai 2004

Salut la france

Salut tout le monde !!!!!!! le 13/05/04
C’est camille et marie -albane, on vous écrit pour vous dire que tout va bien,il fait assez beau, on s’eclate trop ! nos corres sont trop sympas meme si la France nous manque un peu ! Ce matin ,nous allons visiter la mairie puis nous (...)